L’appel à volontaires lancé l’automne dernier par le service jeunesse de la Ville, via les réseaux sociaux, aura été entendu. Une vingtaine de jeunes adultes y ont répondu favorablement. Certains viennent d’arriver sur le territoire, d’autres sont étudiants, en recherche d’emploi ou en attente de formation. Si leurs profils sont assez différents, tous se sont retrouvés sur un même point : la crise sanitaire ayant ralenti ou stoppé leurs activités, ils s’ennuyaient ferme !

Dans ce contexte si particulier, nous savions que les associations caritatives pouvaient avoir besoin de renforcer leurs équipes. Il nous a semblé intéressant de rapprocher les jeunes du milieu associatif local », expliquent Jonathan Lebourdais, responsable du pôle 16-25 ans au service jeunesse et Bruno Alibert, médiateur jeunesse, qui est à l’initiative de cette action. Des contacts ont été pris avec la Croix-Rouge, le Secours Populaire, la Banque Alimentaire. Cet après-midi, ils sont une douzaine, réunis sous un barnum, devant les locaux de la Croix-Rouge. Alexis Coué, responsable communication de la structure, leur présente les différents domaines d’intervention de l’association : secourisme, social, formation, urgence… « Les jeunes sont souvent assez éloignés d’associations comme la nôtre, reconnaît Laureen Morin, l’adjointe d’Alexis. Pour eux, la Croix-Rouge, ça se limite à un poste de secours dans les festivals… Ce type de rencontre leur permet de découvrir toute l’étendue de nos actions !

        

 

Se rendre utile

Alexandra, 24 ans, a déjà participé à une première réunion, deux semaines auparavant, à la Croix-Rouge. « Le jour-même, j’ai rejoint l’équipe de bénévoles qui prépare les jouets de Noël ! », rapporte-t-elle avec enthousiasme. En recherche d’emploi dans le secteur de l’accueil, la jeune femme se montre particulièrement motivée. « Je ne voulais pas être seule pendant le confinement. Et, surtout, j’avais envie de me rendre utile ! »

Réouverture de la boutique solidaire, visites à domicile, portage de repas… Les propositions ne manquent pas. De son côté, Julia, une étudiante de 21 ans, se dit prête à répondre à tous types de missions. « Mes cours se font à distance, je suis confinée, donc disponible ! » De même pour Mamadou et Exauce, 19 ans, du quartier Saint-Nicolas : « On est venu pour aider les personnes qui en ont besoin ».


Déjà, à l’issue du premier confinement, le service jeunesse de la Ville avait sollicité les jeunes artistes, chanteurs et musiciens, pour qu’ils se produisent dans les Ehpad et les quartiers. Histoire d’apporter un peu de convivialité au coeur de l’été. Plusieurs dates avaient pu être assurées. Cette fois encore, la solidarité a fonctionné.

 

Rejoignez les réseaux sociaux de Laval Jeunesse :

 

Laval Jeunesse

laval_jeunesse